Partager:  Add to Facebook  Tweet This  Add to Delicious  Submit to Digg  couriel
  Vous êtes ici : Accueil La page d'accueil du site  > Poèmes d'ici et d'ailleurs  > Willy et Emily MARCEAU

 

NOTRE SÉLECTION DE POÈMES : Willy et Emily MARCEAU

A l’heure où le printemps se lève


A l’heure où le printemps se lève,
Où les oiseaux chantent l’Amour
Pour le petit comme pour le grand,
O toi ! Ô moi ! Ô nous qui passons en ce monde !

Que d’instants fugaces
Oubliés qui illuminaient
La voix d’éternité de notre âme
Et faisaient écho dans les étoiles !

La lune blanche, la pluie tombante,
L’air qui mettait en mouvance
Les pensées, les idées
Qui fleurissaient, fortes de la vie…

La fleur de nos étreintes,
Indicible, invisible,
Dans l’éclatante lumière,
Qu’elle grandisse !!

A l’heure où le printemps se lève,
Où les nuits sombres et froides s’achèvent,
N’oublions pas les fleurs de lys blanches
Qui ont bercées nos insouciances.

Willy et Emily MARCEAU

Villes-lumières de nos cœurs


Toutes empreintes de Majesté, les villes-lumière de nos cœurs…
Avec les roses rouges, les lys blanc, la vigne, les lilas,
Les ruelles pittoresques pour les amoureux,
Le temps, chaud, qui s’écoule lentement,
Le temps des cerises, l’attente du Messie…
Le Temple à reconstruire, le Moulin de la Galette,
Les pavés bleus et le sable ocre jaune,
Les chansons du temps passé, le son du shofar,
Les peintres et les musiciens,
Ceux qui prient pour ceux qui ne prient pas…
Invitation au voyage,
Invitation à la contemplation,
De la Butte on contemple presque toute la capitale,
De là-bas, devant le Mur, on espère un miracle…
Ville de lumière et de sang,
Ville de lumière et de feu,
Ville qui chante et résiste,
Ville qui prie, qui espère…
La Vie qui chante
La Vie vivante !
Villes-lumières de nos cœurs

Willy et Emily MARCEAU

Lorsque le temps reste suspendu


Lorsque le temps reste comme suspendu
Au-dessus de l’azur
Tandis que nous fusionnons Emily
Et que le chant des sylphes murmure
Dans le silence de l’horizon nacré,
Que le soleil chante et danse avec les Anges,
Que nous chantons et dansons avec lui
Dans les couleurs de l’arc-en-ciel,
Lorsque nos étreintes de feu et de sel
S’épanouissent comme dans l’océan cosmique,
Alors je pense à l’androgynie…
Nous sommes UN
Comme il y a des éons…
Lorsque le temps reste comme suspendu…
Nous étions UN
Lorsque le temps restait comme suspendu
Dans une citadelle de cristal…d’or
Et de Lumière
Dans le silence de l’horizon nacré !

Willy et Emily MARCEAU

Oh Emylou


Emily
Oh ma Lou
Oh Emylou
Etrange songe
Rêve de départ
On passe l’éponge
Et on repart ;
On quitte ce pays
Trop enneigé,
Froid, ce pays
Trop fatigué ;
On visite Montmartre
Et ses Poulbots, ses peintres,
On prend le métro
Et les empreintes
Digitales
Des dégueulasses,
Des chacals
Qui de guerre lasse
Ont tout meurtri
Tout saccagé
A Paris
Pillé, éparpillé… !
Emily
Oh ma Lou
Oh Emylou …
Etranges songes
Et transes
Dans des nuits / électriques…
Et des écrits / nostalgiques.

Willy et Emily MARCEAU


On a revu Paris, ensemble
Avant l’année sombre
Microbienne
Angoissante
Pesante
Confinée
Masquée
Liberticide…
Puis on a revu Paris
En cette année jumelle
Masqués
Heureux quand même
De revoir Lutèce
La ville lumière
D’arpenter ses rues vivantes
Malgré tout,
Emily, toujours aussi belle
Et qui se rebelle
Un peu, parfois
Contre tout ça…
Mains dans la main,
Avec notre fils…
Montmartre encore, la Place du Tertre
La rue Mouffetard, les Champs-Elysées…
On est sous couvre-feu
Alors que Johnny allumait le feu !!!

Willy et Emily MARCEAU

Instants


Instant présent à Montmartre
Instants de passage
Instant maladroit
D’un souvenir adroit
Souvenir d’enfance d’un instant adroit
Aux mains délicates
D’un mouvement agité
Vivace et magique
Montmartre
Ruelles pavées aux écriteaux
D’un souvenir artistique
D’un passage, d’une vie,
Instant présent d’enfant
Spontanéité oblige
D’authenticité acquise
D’infinies envies
Difficiles à atteindre
Dans la vie d’un adulte accompli,
Extraits d’une vie
Aux poèmes angéliques.

Willy et Emily MARCEAU


Mon Roi, mon époux, Willy
Je suis ton reflet, ta complémentarité, ce que tu sais faire
Je ne sais pas le faire…
Tu es persévérant comme un prince charmant
Je suis tenace
Tu es vaillant Je suis preuse
Tu es poète
Je suis prête à déverser dans ton cœur doux
L’Amour pur et éternel,
Tu es plein d’humour
Tu es valeureux
Je suis bienheureuse d’être avec toi
Tu es Romancier d’histoires bien heureuses
Je suis ta lectrice et je souhaite écrire ton manuscrit une avec toi et deux à tes côtés dans la chaleur du cœur et la bonne humeur…
Ainsi j’illustrerai de par mes pinceaux magiques ton roman de Lumière…

Willy et Emily MARCEAU
La reproduction totale ou partielle des textes publiés sur cette page est strictement interdite sauf autorisation préalable de l'auteur.

Poèmes publiés sur le site internet lemanoirdespoetes.fr