Vous êtes ici : Accueil La page d'accueil du site  > Poèmes d'ici et d'ailleurs  > Antonia TADDEI

 

NOTRE SÉLECTION DE POÈMES : Antonia TADDEI


Toujours ne peux mais toutes nuits


le 11 avril 2010,

La première nuit après la dixième,
première après la dixième, la millième,,,
première après la millionième au moins........

Peut-on renouveler la fraîcheur
de la première nuit ??????

Le suspense saisit



La première nuit après la millième, la banalité triomphe : merveilleuse !!!!!!!!!

Mille et une nuit furent le temps de 3 enfants :

          un debout,
          l'autre à quatre pattes,
          le dernier à la mamelle.

Le roi ne peut priver ses enfants de leur mère,

          end of the story.


La première nuit après la dixième est suspense :
la peur de s'user ?

la première nuit après la millième, l'étonnement de ne pas l'être. La mamelle est éclose.




le 11 mai 2010,

Deuxième nuit,
après la millième,,, la millionième
au moins...........................

la première nuit est suspense,
la deuxième, suite

          Peut-on écrire la nuit ?

Avec recueillement, la couver,
basculer l'attention à l'arrière du crâne,

                      la face cachée de soi ?

L'œil du cerveau est ardent, un soleil blanc,
aveuglant

L'incapacité totale d'écrire la nuit,
de la concevoir
est une donnée fondamentale
                                                  ;


              en écrire mille

                              et une



le 11 juin 2010,

Troisième nuit
ici.

La première est suspense
la deuxième, suite
la troisième, la nuit se comprend musique.

L'épaule déliée harmonise
le ventre 

le poignet articule l'âme ?
l'intelligence du poignet
est la source de la délicatesse, je crois.


La subtilité déplace les plus hautes montagnes ;
la force a le pied d'argile.


Contant,
comptant,

elle masse la cheville de son enfant.



le 11 juillet 2010,

Quatorze millième nuit au moins…

Quarante ans sont quatorze mille nuits au moins…
quatrième nuit ici :


Premier tiroir :
Ouvrir un tiroir pour ouvrir un tiroir pour ouvrir


Ouvrir un premier tiroir pour prolonger la nuit,
enjamber le jour :

De nuit en nuit, la nuit épaissit.

La nuit est un tiroir ouvert sur un tiroir…

elle enjambe le jour, embrasse la nuit, enjambe le jour, embrasse la nuit…

chaque nuit embrasse la nuit,
embrasse

            une vie.


Antonia TADDEI
La reproduction totale ou partielle des textes publiés sur cette page est strictement interdite sauf autorisation préalable de l'auteur.

Poèmes publiés sur le site internet lemanoirdespoetes.fr