NOTRE SÉLECTION DE POÈMES : Edi SORIĆ

Vukovar, visage de guerre


Une foule immense est réunie dans un champ d'herbes
de plusieurs hectares. Une pagaille de feu s'annonce
et la venue d'un sombre facteur, une troupe
en représentation guerrière est plus que probable.
Cette foule compact se nourrit si bien de sa présence
qu'on ne dénombre nul mot dominateur,
nul visage externe à cette jungle. Dans l'axe
je scrute la ronde, aucune figure connue,
cet endroit pourtant plein respire
comme un cimetière. Une question me vient
à l'esprit : suis-je seul, accompagné ?

La réponse qui vient m'habiter me plonge un peu plus
dans l'obscurité. Je me faufile pour mieux m'écarter,
des bruits de bottes résonnent, des jeunes arrivent,
de noirs vêtus, tournés vers la même direction.
J'en remarque quelques uns qui ont l'air pétrifiés.
Nous n'assistons pas à une pièce de théâtre,
ni à du cinéma en plein air, ni à un concert,
notre seule présence est déjà un exploit...
Pour ma part j'ai perdu la mémoire
depuis longtemps, propulsé par défaut.
L'automne a coupé les langues.
Voilà que j'aperçois un stand de tir au loin.
Dans cette massive dépression des âmes,
aurait-on l'idée de me supprimer ?

Ce n'est pas possible et j'avance prudemment
vers ce qui me semble un jeu pour poivrons
du dimanche, laissant à l'arrière une foule
stoïque, empaillée, seul le ciel m'envoie
par les étoiles scintillantes des traces de vie.
Un voile brumeux se manifeste par intermittence.
Le gazon humide pend à mes pieds,
je ne suis plus très loin du stand de tirs
lorsque le sol se met à vibrer de mille dieux.
Une montée d'angoisse étendue dans le corps
me frappe de sa soudaineté, désemparé
je stoppe net ma progression. Sursis ?

En effet un type dont je ne vois que la tête
s'affaire à m'enfoncer les jambes dans cette terre
devenue frileuse ; il est horrible avec ses dents
jaunes dégoulinantes de sang, son cou ridé,
ses cheveux pareils à des barbelés. Un instant
je songe à ce qu'il ferait de moi au cas où...
C'est peut-être, avec son grade élevé,
l'exterminateur des temps modernes
surgi des semonces de la guerre dans le but
d'anéantir les personnes égarées.
Sous haute pression je parviens néanmoins
à libérer ma jambe droite. Avec encore plus
de véhémence il s'acharne sur mon pied
gauche brûlant comme s'il voulait l'arracher
et le manger. Je me mets à lui savater
la tronche à coups de poings échevelés
mais ce diable de soldat serbe n'a pas l'air
de s'inquiéter et de ses dents de plus en plus
jaunes grignote ma semelle. Ayant compris
jaunes grignote ma semelle. Ayant compris
qu'il ne pourrait m'engloutir tout entier
il s'acharne sur mon pied. Combien de temps
et de folies vulgaires faut-il pour avoir la paix ?

D'un coup de poing d'une violence désespérée
je me retrouve avec son nez à la Bergerac
entre mes doigts, geste décisif.
Je m'enfouis à grandes enjambées loin
de ce traquenard quand une voix rauque m'interpelle :
«  Souviens-toi du jeudi 17 novembre, de Vukovar,
le 17 novembre... »
J'arrête ma course. Extrêmement choqué
je remarque la disparition de mon assaillant,
et, à l'emplacement de notre lutte,
un châle noir sur une terre dévastée.

Eddy SORIĆ
                         Chute de Vukovar le 18 novembre 1991


Europoème


La Grèce avide pleure ses euros
ses yeux d'argent pissent du savon,
la corruption faciale de l'Héllène.
Les fils de Zeus usés dans l'âme exultent
et dressent des barricades de colère
dans les rues d'Athènes malmenée.
L' Europe de nouveau tremble et proteste.
Du mont Balkan la belle Bulgarie
pointe ses seins au firmament.
Les femmes sveltes de Sofia la bambocheuse
dansent la nuit, ramènent de l'argent à des maquereaux
qui les filent comme des perles d'Istambul !
Au jour levant elles baignent leur chevelure dorée
suivant le cours du Danube gourmand.
Ceausescu, depuis longtemps n'est plu
qu'un cadavre roumain au pays de Drakula,
hanté par l'épouvante démocratie
dont on repère le balbutiement,
coup de pied dans le cul des Carpates,
encore faut-il montrer de l'envie
et marcher sur les brisées de Budapest.
Nicolas le bienheureux, l'apôtre,
le porte-manteau français de Benoît seize,
Nicolas le metrosexuel de l'étape,
le maillot jaune de l'indigeste
achalandé de son pot de chambre bruni
se pavane à Buckingham Palace,
tout en ignorant l'orgueil des frondeurs.
Des antiquités de Rome de Du Bellay,
le tribun Berlusconi, centurion
de l'Eros via la luxure, a gardé
la grandeur des monuments et le goût des ruines,
veillant sur l'arène médiatique.
"il Cavaliere" de ses dames jouit
cependant d'une popularité en berne.
Angela Merkel et Berlin-Est
c'est une histoire de mur brisé,
réconciliation arithmétique
entre deux mondes, la porte de Brandebourg
qu' Angela blonde qu' Angela brune
relie en couleurs, Angela jolie
aussi avare que la moustache d'Hitler.
La Pologne cultive avec passion la patate.
De la mer baltique jusqu'à Moscou
vive les patates ! Chante le Polonais ;
tandis que de l'autre côté du rideau

les pédophiles vont à la messe
sur un air paresseux de Chopin.
Les aigles chambrent l'hymne à la joie.

Eddy SORIĆ
La reproduction totale ou partielle des textes publiés sur cette page est strictement interdite sauf autorisation préalable de l'auteur.

Poèmes publiés sur le site internet lemanoirdespoetes.fr