Vous êtes ici : Accueil La page d'accueil du site  > Poèmes d'ici et d'ailleurs  > Marie José GAECHTER

 

NOTRE SÉLECTION DE POÈMES : Marie José GAECHTER

Ce soir......faire confiance à la nuit


Ce soir j'ai tellement envie de danser
Au son de la musique m'assourdir
Dans une cacophonie hurlante
Jusqu'à m'écrouler sous la lune.
Et ce soir si je danse seule
Je m'enlacerai dans mes rêves
Et si ce soir je n'ai pas de souvenirs
Je laisserai la musique m'étreindre
Et si la musique m'aime
Elle m'invitera à valser
Reste à fermer les yeux, pour dessiner les rires
Et les étreintes enfuies
Il faut danser encore et que je retienne
Les baisers et l'amour des jours à venir
Qui seront, encore, encore et toujours...

Puis ...
Faire confiance à  ...la nuit

© Marie José GAECHTER Poétesse française
Cliquer sur ce lien pour accéder à sa page perso sur Dailymotion :
Mariejose53
le site



Page noire


Lorsque la nuit déplie ses ailes,
quand mes mots fourbus avalent leurs salives,
je repars errer aux confins de mes nuits blanches,
m'accrochant aux phrases qui s'envolent,
sur la page de tristesse embarquée dans ma tête.

Dans un sombre apaisement, mes mots dérivent,
flottant au gré de rimes cernées âprement de noir,
mots déchainés à la tempête de mes lambeaux de nuit,
ce soir, mes mots ne seront que buvard imprégné d'obscur.

© Marie José GAECHTER Poétesse française
Cliquer sur ce lien pour accéder à sa page perso sur Dailymotion :
Mariejose53
le site



A l'ombre de ses deuils...


Sur les pages où je marche.....


Je sème dans mon errance
Des larmes de ma vie,
Elles ne coulent pas sur mes joues,
Elles dégoulinent sur le papier,
Sur chaque lettre, chaque mot,
Qu'elles rongent, qu'elles dénudent,
Qu'elles décharnent, qu'elles brûlent,
Et que pourtant j'essaie de contenir.
Je nage dans l'eau des chemins de hasard,
Mare glauque, houleuse, et fangeuse,
Où stagnent sans réponse des questions,
Devenues étrangement inutiles.

Sur les pages où je marche,
Il n'y a plus de sentiers balisés d'encre noire,
Rien que des blancs de mémoire, des chemins délavés,
D'où tombent les mots en falaise.
En malaise. En déroute...
Noyés au creux de la lame,
Mes mots dérivent,
Ondoient au gré du temps, comme on hante un souvenir.
Murés dans mon silence,
Mes mots m'enserrent,
S'étranglent aux phrases,
S'accrochent aux lettres d'amour que je tiens serrées,
Qui m'empêchent de hurler,
Et m'empêchent de pleurer,
Et retiennent d'un souvenir les rêves,
Ceux qui rompent le temps,
Quand on est seul sur le seuil,

À l'ombre de ses deuils...

© Marie José GAECHTER Poétesse française
Cliquer sur ce lien pour accéder à sa page perso sur Dailymotion :
Mariejose53
le site

La reproduction totale ou partielle des textes publiés sur cette page est strictement interdite sauf autorisation préalable de l'auteur.

Poèmes publiés sur le site internet lemanoirdespoetes.fr